etape 1
Site officiel de Julien BERARD, coureur cycliste professionnel
io

 

 

 

 

SEPTEMBRE 2012

 

07/09/12 : Québec et Montréal

Deux ans après la première édition, je suis de retour ur le sol Canadien. En effet, l'équipe participe aux deux courses qui se disputent sur continent Américain. Après le trajet Paris-Québec de Mardi nous avons roulé 3h hier sur l'ile d'Orléans en fâce de la ville. La compétition officielle se décline en deux épreuves en circuits urbains. Vendredi à Québec et Dimanche à Montréal. La première plutôt pour puncheurs (courtes montées raides qui s'enchainent) me correspond plus que la deuxième pour grimpeurs (une longue montée par tour). A chaque fois la course se déroule environ sur 200km et débute à 11h avec un décallage de 6h soit 17h en France.

En guise d'échauffement je participe au Challenge Sprint Pro ce jeudi. Cette épreuve est une innovation de l'UCI pour animer les veilles d'épreuves et apporter un peu de modernité au cyclisme sur route. Future nouvelle épreuve officielle ? Le principe : chaque équipe engage un coureur dans cette compétition sous forme de tournoi. Un départ à 4 sur un parcours d'un km, les deux premiers sont qualifiés pour la manche suivante jusqu'à la finale un peu comme en Bmx ou en Skicross. L'équipe a décidé de m'aligner , l'épruve débute à 16h15 ici et en direct sur eurosport 2 à 22h chez vous. Un beau plateau sera présent et le public est annoncé nombreux !

Le challenge sprint s'est transformé en sprint unique pour moi. En effet, j'étais opposé au Français Gallopin, l'Américain Duggan et un Canadien. Dès le départ le Liquigas champion des Etats-Unis flingue, cela tergiverse un peu et il s'en va. On joue alors pour la deuxième place. Le sprint se lance de 200m en faux plat montant. Le Canadien me déborde dans les derniers mètres, je suis 3ème, pas qualifié pour le tour suivant. J'ai joué, j'ai perdu c'est le jeu. Les Canadiens réalisent le doublé lors de la finale, Goss est 3ème.

Aujourd'hui Vendredi c'est le début des choses sérieuse avec le Grand Prix de Québec, 16 tours de 12,1km avec de nombreuses montées sur un parcours usant . Départ 11h heure locale pour suivre sur Eurosport 2 à partir de 19h15 chez vous. J'espère que vous me verrez aux avants-postes...

Pour l'anecdote je rédige ce résumé depuis le train entre Québec et Montréal grâce au wifi ! Hier j'avais de bonnes sensations dès le départ. Je suis dans un groupe de 15 qui sort dans la première montée de la côte de la montagne. Puis je suis victime d'une casse d'un rayon à la roue arrière. Je m'arrête deux fois pour enlever le rayon et changer de roue au poste mécanique. Je réintègre le prloton. Il y a beaucoup de mouvement, l'échappée ne sort qu'au bout de 4 tours donc plus d'heure heure. Le sénario classique, les grosses équipes roulent pour réduire l'écart. Le rythme est de plus en plus élevé. Petit à petit j'ai plus de mal à me placer et mes sensations se dégradent. J'ai un gros coup de moins bien à 6 tours de l'arrivée. Je m'accroche et cela passe mais je m'éteins petit à petit mais le peloton diminue éalement. Je décroche à 15km de l'arrivée dans l'avant dernière bosse. Je termine le dernier tour tranquille à 6min en 100ème position. Aujourd'hui transfert et demain Gp de Monréal plus réservé aux grimpeurs.

Dimanche s'est déroulé le Gp de Montréal. Mon objectif était de suivre les groupes d'au moins 8 coureurs. Le départ est très rapide, j'accompagne plusieurs coups. Dans le deuxième tour, je suis dans un groupe d'une vingtaine d'hommes qui se détache dans la deuxième bosse du circuit suite à un effort violent. Cela roule très vite et je suis distancé lors de la troisième montée de la côte principale. Le peloton se morcèle et je n'arrive même pas à prendre les roues. Je n'ai pas récupéré des efforts pour être à l'avant, le rythme est très soutenu pendant encore 2 tours. Je n'arrive pas à réintégrer le peloton et abandonne la course. J'ai connu une panne sans pouvoir rien faire ce qui est très frustrant. J'avais bien préparé le rdv Canadien donc c'est une déception de repartir sans résultat. Je pense ne pas avoir bien rassimilé la course de vendredi très éprouvante. La fatigue se fait sentir en cette fin de saison puisque je n'ai plus de fraicheur, comme usé alors que je n'ai pas trop courru. Les prochains jours seront consacrés à la récupération et à l'analyse des derniers entrainement et du programme global pour tirer des enseignements et rebondir sur les dernières courses de la saison ; probablement sur le front des classiques Belges et Paris-Tours.

A suivre sur http://gpcqm.ca/

 

24/09/12 : Milano-Torino

En cette fin de saison il n'y a plus beaucoup de courses. J'ai donc décidé de lever le pied en rentrant du Canada pour refaire un bon bloc d'entrainement axé sur le volume. Dernières sorties de la saison avec un beau soliel c'était vraiment plaisant. En effet, je prépare les dernières courses d'un jour de la saison et reste très motivé dès mercredi je serai en Italie puis en Belgique et France. Voici le détail de mes dernières échéances pour 2012 :

24/09 : Milano-Torino

02/10 : Binche-Tournai-Binche

04/10 : Paris-Bourges

07/10 : Paris-Tours

14/10 : Tour de Vendée

En plus, je participerai pour le plaisir à différents Gentleman : Aiguebelette 30/09, Saint-Laurent de Mure 20/10, Levallois 21/10

 

28/09/10 : Tour de Lombardie

Il est 8h40 ce vendredi, mon téléphone sonne. Je suis informé du forfait de Bouet pour la course du lendemain. Etant le plus proche, je suis convoqué pour un remplacement de dernière minute. A 10h je suis au service course pour 355km direction Bergamo, lieu du départ le lendemain. Petite sortie de décontraction en fin d'aprem puis repos.

Je prends le départ de cette difficile classique de 251km dans le rôle d'équipier. Bien conscient que le parcours est un peu difficile pour moi avec 3 montées de près de 10km avec des pourcentages parfois très sévère. Pour preuve, l'utilisation de pédalier compact 34x28 pour franchir le mur de Sormano 1,7km à 16% de moyenne avec un passage à 25%. Le temps est mauvais mais ce n'est pas un problème pour moi. Je suis bien actif à l'avant de la course pour essayer de prendre la "bonne". Au bout d'une grosse heure de course, j'intègre un groupe de 12 qui se fait la belle. Très content de moi sur ce début d'épreuve car je me retrouve en compagnie de bons coureurs de grossses équipes et mon jeune coéquipier Bardet. L'écart est de 2min30 maximum au pied du premier col de 12km. L'allure est élevée et je décroche du groupe qui se morcèle dans une partie à 15%. Je bascule avec le peloton de 40 unités alors que devant l'avance est de moins d'une minute. Au ravito après la descente le peloton compte 80 unités. Mon travail d'équiper commence car on est plus que 4 de l'équipe : bidons, kway...le but étant d'économinser Nocentini et Perraud. Dans le Sormano je décroche et rentre directement à l'arrivée sous le déluge. Dès lundi j'enchaine avec la Belgique et la France pour 3 nouvelles courses d'un jour.

Site officiel de Julien BERARD, coureur cycliste professionnel

Identité
Actualités
Programme
Médias
Presse
Matériel
Archives
Langage cycliste
Liens
Site officiel de Julien BERARD, coureur cycliste professionnel
Site officiel de Julien BERARD, coureur cycliste professionnel